Notre site web a détecté que vous utilisez un navigateur obsolète, cela peut vous empêcher d'accéder à toutes les informations ce site. Nous vous conseillons d'utiliser un navigateur récent tel que :
Ne plus afficher
Fermer
Contactez-nous

Liste des médecins soignant cette pathologie

Liste des chirurgiens soignant cette pathologie

Chirurgien
Chirurgie Membres Inférieurs
Dr. Ait Si Selmi Tarik
Chirurgien
Chirurgie Membres Inférieurs
Dr. Bonnin Michel
Chirurgien
Chirurgie Membres Inférieurs
Dr. Langlois Jean
Chirurgien
Chirurgie Membres Inférieurs
Dr. Sappey-Marinier Elliot

Définition

La hanche est constituée par les surfaces cartilagineuses de la tête fémorale et du cotyle (acétabulum), partie concave du bassin s’articulant avec le fémur. Le cartilage est un tissu complexe et les cellules cartilagineuses ne peuvent à l’heure actuelle régénérer le cartilage usé. Des essais de traitement par thérapie génique ou par cellules souches sont en cours, mais n’ont pas encore d’application médicale validée.

L’arthrose est une usure irréversible du cartilage. Lorsque le cartilage a disparu, le frottement se fait « os contre os » et c’est ce frottement qui entraîne les douleurs. L’usure s’aggrave progressivement au fil des années, selon un rythme variable d’un individu à l’autre.

L’arthrose de la hanche peut être la conséquence du vieillissement cartilagineux, mais elle peut également être favorisée par une nécrose de la tête fémorale, par une déformation existant depuis l’enfance (on parle de dysplasie), les séquelles d’une fracture, ou de traumatismes sportifs anciens. D’autres causes se rencontrent parfois (rhumatisme inflammatoire, ou causes plus rares).

Évaluation de la gravité

Symptômes de l’arthrose de la hanche

Les symptômes correspondent le plus souvent à des douleurs dans l’aine, irradiant parfois à la cuisse ou à la fesse (chroniques, parfois par crises), notamment à la station debout ou à la marche prolongée, ainsi qu’aux transferts (depuis une station allongée ou assise). Il y a fréquemment associée une limitation des mouvements (raideur, entrainant typiquement une gêne au chaussage ou des soins de pédicure, difficultés dans les escaliers ou pour l’installation en voiture).

Diagnostic de l’arthrose de la hanche

Le diagnostic est porté sur la combinaison d’un interrogatoire (recherche de symptômes typiques), d’un examen physique (douleurs notamment dans les mouvements de torsion de hanche, en position fléchie), et de radiographies standards réalisées debout.

Gravité de l’arthrose de la hanche

Le retentissement dans la vie quotidienne peut être notamment évalué par l’intermédiaire de questionnaires spécifiques, dont le plus courant est le score de Lequesne (indice fonctionnel de hanche, ci-joint).

Examens complémentaires en cas d’arthrose de la hanche évoluée

Dans les cas typiques d’arthrose de la hanche, seules les radiographies standards suffisent au diagnostic. En cas de doute, ou afin d’explorer des pathologies complémentaires, on sera parfois amené à prescrire un scanner ou une IRM.

Traitement médical

C’est le traitement de première intention dans tous les cas. Il comprend :

– les mesures d’économie articulaire de hanche (économie articulaire, fiche ci-jointe), avec en premier lieu la lutte contre la surcharge pondérale et l’adaptation des activités (et non pas l’arrêt total !)

– la kinésithérapie pour maintenir la mobilité, renforcer les muscles et prévenir l’apparition d’un flessum, c’est-à-dire le blocage de l’articulation en position fléchie. (exercices d’auto rééducation de hanche, fiche ci-jointe).

– les médicaments antalgiques (anti-douleur) simples de type paracétamol, avec parfois adjonction d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) en cure courte en cas de poussée douloureuse, en tenant compte des effets indésirables notamment chez les personnes âgées.

– les infiltrations sont parfois prescrites pour traiter l’arthrose de la hanche (corticoïdes anti-inflammatoires, ou produits de viscosupplémentation à base d’acide hyaluronique), mais souvent d’effet moins notable qu’au genou ou encore à l’épaule.

Traitement chirurgical

La mise en place d’une prothèse de hanche est envisagée en cas de destruction irréversible des surfaces cartilagineuses, entraînant des douleurs et une limitation des activités (marche, utilisation d’escaliers, exercices physiques, ou même habillage ou toilette), malgré un traitement médical bien suivi (médicaments, rééducation, parfois infiltration).

La décision du moment de l’intervention incombe au patient, après avoir reçu une information claire et précise sur toutes les options thérapeutiques, avec pour chacune leurs avantages et inconvénients.

Pour plus de détails sur le parcours de la chirurgie de prothèse de hanche, se reporter au « guide de la prothèse » ci-joint.