Notre site web a détecté que vous utilisez un navigateur obsolète, cela peut vous empêcher d'accéder à toutes les informations ce site. Nous vous conseillons d'utiliser un navigateur récent tel que :
Ne plus afficher
Fermer
Contactez-nous
Retour aux actualités & événements

Faut-il se vacciner contre la COVID lorsque l’on a un traitement pour un rhumatisme inflammatoire auto immun (Polyarthrite Rhumatoïde, Rhumatisme Psoriasique, Spondylarthrite ankylosante) ?

16 . 04 . 24

Les traitements utilisés dans ces pathologies ont potentiellement, outre leur action thérapeutique, un effet qui peut diminuer les résistances aux infections. Ces traitements (liste non exhaustive) sont :

  • La cortisone
  • Le Méthotrexate
  • Les traitements dits biologiques (liste non exhaustive) dont les plus fréquents sont les Anti-TNF (les plus connus étant l’Enbrel, l’humira, le Cimzia), les anti IL6 (Ro Actemra, …), les anti IL17 (Cosentyx, …), les anti IL 12/IL23 (Stelara, …)
  • Les traitements dits synthétiques (Anti JAK : Xeljanz, Oluminant, Rinvoq,…).

Le vaccin disponible à ce jour contre la COVID (Virus SARS COV2) est un vaccin à ARN messager (produit par BioNTech ou MODERNA), il est très différent des vaccins classiques (à partir d’un virus inactivé ou atténué, voire une partie du génome viral). L’ARN messager est un vrai et grand progrès scientifique qui va transformer la vaccination en ouvrant d’autres perspectives (SIDA entre autres) et faire progresser beaucoup de traitements, en particulier ceux des cancers

Ses principales caractéristiques sont :

  • Absence d’adjuvant, de métaux lourds et d’aluminium
  • Absence de pénétration dans le noyau des cellules (c’est à dire impossibilité de modifier l’ADN, le patrimoine génétique)
  • Le contenu du vaccin ne reste pas dans l’organisme puisqu’une fois qu’il a effectué son travail (production rapide de très nombreux Anticorps), il est détruit par l’organisme en 48 h.

Son efficacité se situe autour de 95%, par comparaison celui de la grippe est de l’ordre de 70%. Dans les cas où il est considéré comme moins efficace, il atténue les symptômes de la maladie.

Ses principaux effets secondaires, sont les réactions allergiques locales voir plus diffuses mais uniquement chez les grands allergiques

Il a pu être mis en place très rapidement car :

  • Cette pandémie mondiale a mobilisé un nombre incroyable de chercheurs et de financement
  • Les démarches réglementaires ont été considérablement compactées
  • Le SARS COV2 (responsable de la pandémie actuelle) est le petit cousin du SARS COV1 (responsable de l’épidémie de 2001), une grande partie de ses séquences génétiques étaient donc déjà connues.
  • Les premiers travaux sur les vaccins à ARN messager remonte à 1990.
  • Le nombre de volontaires pour participer aux études a, du fait de l’ampleur de l’épidémie, atteint des chiffres jamais atteints jusque-là dans toutes études préalables. Leur recrutement a été, par voie de conséquence, extrêmement rapide ce qui a encore accéléré les choses.

Si vous avez un rhumatisme inflammatoire traité par un des traitements cités plus haut :

Il FAUT vous faire vacciner sauf :

  • Si vous avez un terrain allergique sévère (en parler avec votre médecin traitant et/ou un médecin allergologue)
  • Si votre rhumatisme inflammatoire est en poussée et non contrôlé par le traitement.

Ce texte correspond à l’état actuel de nos connaissances, début janvier 2021.

Les recommandations sont faites en fonction du rapport Bénéfice-Risque comme dans toute décision médicale.

Drs EYMARD, FOUQUE-AUBERT, NOEL, REY, SAUNIER, Rhumatologues Centre Orthopédique SANTY