• Accueil > Spécialités - Rééducation > Rééducation en piscine
* Télécharger la fiche

Rééducation en piscine

C'est l’idéal pour la détente, notamment pour les opérés. Le but est de laisser l’eau faire son travail d’aide au mouvement, et non de travailler contre la résistance de l’eau.

Chaque exercice n’est répété que de 5 à 10 fois, EN COMPTANT.

Chaque séance ne dure que de 20 à 30 minutes, TOUT COMPRIS.

On ne fait que 2 à 3 fois le tour de ces exercices, en prenant son temps.

On n'en fait jamais plus, ni plus longtemps.

Nous n'utilisons plus d'accessoire (palette, ballon, flotteur, etc…) car cela augmente le volume d'eau déplacée et donc la résistance au mouvement.

Nous n'utilisons plus de bâton pour les rotations, externe et interne, car cela crée un bras de levier, dangereux pour les réinsertions tendineuses.

Pas de rétropulsion ni de rotation interne main dans le dos pendant 45 jours au moins pour les réparations de coiffe qui sont protégées sur une attelle à 60° d'abduction.

NB : le chirurgien peut toujours au cas par cas mettre une certaine limite à certaines amplitudes.

   
Fiches patients sur la rééducation en piscine : Petite brasse à plat Fiches patients sur la rééducation en piscine : En apnée avec un masque
A la surface de l'eau.
Petite BRASSE A PLAT.
Debout au départ si besoin.
Ceinture plombée, sous l'eau.
En apnée, avec un masque.
C’est une OPTION.
   
Fiches patients sur la rééducation en piscine : Les épaules au dessus de l'eau Fiches patients sur la rééducation en piscine : rotation externe RE1
Les épaules sont au dessus de l’eau.
Comme à sec.
La rotation externe RE1.
COUDES FLOTTANTS.
Les coudes ne restent pas serrés.
   
Fiches patients sur la rééducation en piscine : élévation et retropulsion debout dans l'eau

ON NE FORCE JAMAIS DANS L'EAU.


L'élévation et la rétropulsion debout dans l’eau.
SANS FORCER.

La rotation interne main dans le dos.
SANS FORCER.
 

Du bon usage des séances de rééducation en piscine chaude

Dès la 1ère séance, en Centre, chez le Kiné ou chez soi.

L’eau permet au départ la levée de l’inhibition post-opératoire, elle facilite ensuite la progression, à condition de ne pas vouloir aller trop vite. Mais la piscine ne remplace pas les étirements, qui restent l’essentiel de la rééducation.

Quand le patient maitrise ses étirements en élévation-rotation externe, la rééducation en piscine reste un moment de détente, avec la chaleur et l’apesanteur, bénéfiques pour leur effet antalgique, à condition de ne pas en faire plus.

Quand le patient a récupéré sa mobilité active complète, la rééducation en piscine n’est plus nécessaire. Elle peut être prolongée par le fait d'aller marcher puis nager en piscine, à la mer l’été, ou par une reprise douce de l’aquagym.

Spécialités
Réseaux sociaux